La violence basée sur le genre (VBG) est une préoccupation majeure du gouvernement ougandais, et plus largement des pays de la région des Grands Lacs. Les différentes guerres civiles et autres conflits armés qui ont sévit dans ces pays et entre eux ont généré de nombreuses violations des droits de l’Homme, dont les femmes et les enfants en ont été victimes de manière disproportionnée. Partant de ce constat, ces pays ont ratifié en 2008 la Déclaration de Goma pour l’éradication des violences sexuelles et la fin de l’impunité dans la région des Grands Lacs.

Malgré une forte volonté politique des autorités pour diminuer les inégalités de genre, il existe des réticences, notamment chez la population dans les zones rurales. La violence au sein des familles représente un problème de santé publique d’une ampleur nouvelle ces dernières années. Les violences conjugales ou communautaires témoignent du désordre pulsionnel et des conflits intérieurs chez nombre d’individus et met en lumière la désintégration des normes sociales. Des problèmes structurels subsistent, conditionnant la place de la femme à une place de subordination et de soumission, et d’acceptation des pratiques de VSBG et sont des obstacles à la bonne application de la politique nationale en faveur de lutte contre les VSBG.