Alors que l’Amérique latine est devenue le nouvel épicentre de la pandémie et que les Salvadoriens mènent également la lutte contre le coronavirus, voilà que deux dépressions tropicales se sont abattues sur le Salvador, faisant des dizaines de morts et disparus et des milliers de déplacés, s’inquiète Carole Buccella dans son dernier article. Le confinement et l’état d’urgence sont toujours en vigueur. Par conséquent, de nombreuses familles n’ont plus les moyens de gagner leur vie et n’ont plus de nourriture. 

Les jeunes du projet “Réhabilitation intégrale et défense des droits des enfants et jeunes en situation de handicap” ont besoin de soins médicaux spéciaux, qu’il n’est possible de trouver que dans des hôpitaux éloignés. À cause de la quarantaine, les transports publics ne circulent plus et pour y parvenir, seuls des transports privés à des prix excessifs sont encore opérationnels. La plupart des familles n’ont pas les moyens de débourser de telles sommes et renoncent donc à ces déplacements, avec comme conséquence la dégradation de la santé physique et psychique de leur enfant. Toutefois, Carole et son équipe chez Los Angelitos font leur possible pour organiser le transport de ces familles en contactant les mairies et les unités de santé. Elles s’assurent aussi que toutes les familles reçoivent les aides gouvernementales auxquelles elles ont droit.