Développer les moyens de production, de transformation et de vente des produits agricoles des familles paysannes du département du Centre, Haïti

Production agro-écologique et sécurité alimentaire pour les familles paysannes du département du centre d’Haïti

Haïti
du October 1, 2021 au March 30, 2023

Objectif global

L’objectif principal du projet est d’assurer la sécurité alimentaire des familles paysannes de la zone du centre d’Haïti, en renforçant leurs capacités de production agricole, améliorant ainsi leurs moyens économiques.

Ce projet vise à développer les moyens de production, de transformation et de vente des produits agricoles des familles paysannes du département du Centre en Haïti.

Le contexte

Haïti et la zone concernée par le projet

Le climat sociopolitique et les conditions de sécurité en Haïti sont de plus en plus désastreux et la situation continue de se dégrader. À l’heure actuelle, on estime que 4,4 millions de personnes (40 % de la population) a besoin d’une aide humanitaire [1], en raison principalement des effets cumulés de crises d’origine humaine. La stupeur provoquée par l’assassinat du Président Jovenel Moïse le 7 juillet 2021, le tremblement de terre du 14 août 2021 qui a ravagé le sud du pays et le passage de la tempête Grace le surlendemain, mettent la population haïtienne à genoux.

La zone d’action du projet, située sur la Commune de Boucan Carré dans le département du Centre, est reculée. Bien que moins sujette aux violences qui frappent en particulier la capitale Port au Prince, l’impact social et économique de la situation se fait fortement ressentir. L’instabilité et l’insécurité entravent le développement économique et social de l’entier du pays. Les familles ont de plus en plus de peine à subvenir à leurs besoins essentiels et se retrouvent dans un processus de décapitalisation constant. 

L’impact des changements climatique se traduit par une plus grande variabilité des phénomènes : augmentation des moyennes de températures, diminution générale du volume des pluies. Conséquences, l’érosion des sols s’accélère, les maladies augmentent, les ravageurs prolifèrent et les pertes de culture augmentent.

Aujourd’hui, plus de 50% des denrées consommées en Haïti sont importées, malgré le riche potentiel agricole local. Près de 80% de la production agricole repose sur l’agriculture familiale paysanne, qui joue un rôle fondamental du point de vue économique et social pour une grande partie de la population. Cette agriculture familiale est pourtant fortement marginalisée dans la politique agraire du pays. Une des particularités de cette agriculture est la place prépondérante que les femmes y occupent. Elles participent activement à la production et le transport, et la distribution des denrées repose sur leurs épaules. Sans oublier qu’elles assurent la sécurité alimentaire du foyer et les tâches ménagères. Bien qu’étant les piliers de l’économie informelle et agricole, ces femmes restent marginalisées et discriminées.

Le projet

L’équipe du projet travaille depuis avril 2016 dans la zone concernée et a su établir de bonnes relations avec la population. Sa présence quotidienne lui permet d’être au plus proche des besoins (l’équipe locale est originaire directement des zones touchées). Des volontaires d’Eirene Suisse appuient l’équipe locale depuis 2016. Cet appui se poursuit avec notre volontaire Sophie Paychère, qui fait partie des volontaires collaborant avec l’équipe locale depuis 5 ans.

Le projet s’inscrit dans la lignée de deux cycles d’activités réalisés précédemment autour du renforcement des capacités de production agricole des communautés paysannes [2]. L’objectif du présent projet est d’améliorer les capacités et les moyens économiques et de renforcer la sécurité alimentaire des familles paysannes de la zone ciblée en travaillant sur trois volets :

  1. La transformation des productions locales de maïs et de sorgho pour la consommation et la vente
  2. Le renfort des compétences et des capacités des femmes paysannes
  3. L’augmentation des moyens de production agricoles.
Mme Riche et sa récolte de sorgho – Petite Montagne

Le projet s’inscrit dans les enjeux de la politique agricole haïtienne, définis dans le document « Politique de développement agricole 2010–2025 », et qui sont : de réduire la dépendance alimentaire dans une perspective de souveraineté alimentaire, favoriser la création d’emploi pour freiner l’exode rural, l’augmentation de l’apport en devises et la diminution de la vulnérabilité environnementale.

Partenaire local 

L’association Jardins WangaNègès a été fondée en Suisse en 2015 et est reconnue d’utilité publique. Elle travaille en Haïti, sur la Commune de Boucan Carré (Centre) depuis 2016 et bénéficie d’une autorisation de fonctionnement du Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST) ainsi qu’une autorisation de fonctionnement émise par la Commune de Boucan Carré. Elle appuie les familles paysannes de la zone dans l’amélioration de leur production agricole, avec des techniques d’agro-écologie.

références:

[1] Plan de réponse humanitaire, Haïti. Cycle de programme humanitaire 2020 – 2021, mars 2021

[2] projets précédents: 2016-2019: Appui agroécologique à l’agriculture familiale des sections communales de Boucan Carré et de Petite Montagne et 2020-2021: Renforcement des communautés paysannes, Boucan Carré