Renforcement des communautés paysannes, Boucan Carré, Centre, Haïti 1

Renforcement des communautés paysannes, Boucan Carré, Centre, Haïti

Haïti
du July 1, 2020 au August 30, 2021

L’objectif global

Appuyer les familles paysannes de la zone dans l’amélioration de leur production agricole, avec des techniques d’agro écologie.

Le contexte

D’une manière générale, la situation socio-économique en Haïti n’a fait que de se dégrader depuis les évènements du mois de juillet 2018. Aujourd’hui le pays traverse une crise sans précédent et la situation est catastrophique. L’insécurité est très élevée : le nombre de kidnappings et d’assassinats augmente, la majorité des crimes et des délits reste impunie, les manifestations pacifistes sont violemment dispersées par la police et les violations massives des droits humains se multiplient. Les demandes répétées de la société civile haïtienne pour la tenue d’un procès sur le détournement de milliers d’euros des fonds Petro Caribe restent sans réponses, malgré les rapports de la Cour des Comptes faisant état de diverses malversations.

En 2019, l’indice de développement humain place le pays à la 169ème place sur 189. Selon l’indice de capital humain, un enfant né aujourd’hui en Haïti a un potentiel à l’âge adulte évalué à 45% de ce qu’il aurait pu avoir s’il avait bénéficié d’une éducation et d’une santé complètes. 

La zone d’action du projet est située sur la Commune de Boucan Carré, dans le département du Centre (Bas Plateau Central). Le projet touche en particulier le haut de la 2ème section communale (Boucan Carré) et la 1ère section (Petite Montage). Ces deux sections communales sont très isolées (absence de route et de réseau électrique ainsi que tout autre service de base) et les déplacements se font à pied ou à dos de mule. Bien que la zone soit moins sujette aux violences, qui frappent plus particulièrement la capitale Port au Prince ainsi que ses quartiers avoisinants, l’impact social et économique de la situation se ressent fortement. L’instabilité et l’insécurité entravent le développement économique et social. Les perturbations du régime des pluies viennent s’ajouter à ces difficultés : elles impactent négativement les rendements des cultures de rente (haricots, maïs, sorgho), en particulier pour les terres non irriguées. La situation économique pousse à une production toujours plus importante de charbon de bois, dégradant encore plus un environnement mis à mal par le déboisement et l’érosion intensive. Les familles, principalement paysannes, ont de plus en plus de peine à subvenir à leurs besoins essentiels et se retrouvent dans un processus de décapitalisation constant. 

L’ONG locale

L’association Jardins Wanga Nègès a été fondée en Suisse en 2015 et est reconnue d’utilité publique. Elle travaille en Haïti, sur la Commune de Boucan Carré (Centre) depuis 2016 et bénéficie d’une autorisation de fonctionnement du Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST) ainsi qu’une autorisation de fonctionnement émise par la Commune de Boucan Carré. Il appuie les familles paysannes de la zone dans l’amélioration de leur production agricole, avec des techniques d’agro écologie.

Le projet

L’équipe du projet travaille depuis avril 2016 dans la zone concernée et a su établir de bonnes relations avec la population. Sa présence quotidienne lui permet d’être au plus proche des besoins (l’équipe locale est directement originaire des zones touchées).

Les familles seront appuyées pour la culture, la récolte et la conservation des semences de haricots, de maïs et de sorgho. Pour pallier à la décapitalisation des familles qui subissent durement les conséquences de la crise actuelle, le projet facilite l’accès à des semences locales de haricot. Elles sont achetées, triées puis stockées par l’équipe du projet et revendues aux familles à prix coutant. Pour l’ensemble des semences, l’équipe appuie les familles par une formation sur les bonnes pratiques agro écologiques (lutte biologique contre les ravageurs et les maladies, aménagements anti érosifs) et effectue un suivi régulier des familles en apportant conseils et soutien techniques pendant tout le cycle de production et de stockage. Suite aux récoltes, les graines sont triées, nettoyées, séchées puis stockées chez les familles (suivi mensuel durant les 3 à 6 mois de stockage). Le tri des semences permet d’assurer un meilleur rendement, environ 8% des graines triées doivent être éliminées. L’augmentation des rendements est l’un des principaux résultats escomptés pour encourager les familles à la production et la conservation de leurs semences. 

L’impact visé

L’objectif est d’améliorer les conditions de production agricoles en travaillant sur trois volets : 

  • Renforcer la production et la conservation des semences paysannes locales (haricots, maïs, sorgho)
  • Faciliter l’accès à des outils agricoles et générer plus de travaux agricoles rémunérés
  • Valoriser les manguiers par greffe de variété génératrice de revenus.

Suite au projet, les familles auront à leur disposition des outils et des intrants agricoles biologiques ainsi que des connaissances techniques et pratiques adaptés à une agriculture paysanne familiale durable et souveraine.