Renforcer les processus d’intervention sociale de l’association Proyecto Mujer Mary Barreda et développer des actions communautaires et artistiques avec des enfants, jeunes et femmes en risque d’exploitation et de violences basées sur le genre, au Nicaragua 3

Renforcer les processus d’intervention sociale de l’association Mary Barreda en faveur des enfants, jeunes et femmes en risque d’exploitation et de violences basées sur le genre.

Amérique Centrale Nicaragua
du May 19, 2022 au May 19, 2022

Objectif global

Renforcer le travail de l’association Mary Barreda en faveur des enfants, jeunes et femmes en situation de risque, au travers d’une capitalisation institutionnelle et en leur offrant des nouveaux outils de travail avec les bénéficiaires, notamment à travers des procédés artistiques.

Contexte

Selon le PNUD, en 2019, l’indice d’inégalité de genre du Nicaragua était de 0,428, plaçant le pays au 101e rang sur 162 pays. Les conflits et les multiples crises qui ont eu lieu ces dernières années dans la région d’Amérique centrale, et pas seulement au Nicaragua, rendent les femmes de la région très vulnérables à la violence, à la pauvreté, à la perte de travail et à l’absence de couverture sociale, économique et sanitaire suffisante.

L’objectif de ce projet est de mener un travail de capitalisation et une systématisation des processus de travail social de l’association Mary Barreda, développés durant ces 33 ans d’activités, avec le soutien d’une volontaire d’Eirene Suisse. En parallèle de ce processus, le travail de la volontaire consistera à adapter certains outils de gestion de projet pour agiliser les processus et à former l’équipe à leur utilisation.

La migration est un phénomène qui touche le Nicaragua, principalement les jeunes, en raison du chômage, de l’endettement et du manque de perspectives. La migration est également source de dislocation des familles et donc la perte de certaines valeurs. Au Nicaragua, la migration se déroule de la campagne vers les villes, principalement la capitale Managua et vers d’autres pays comme les États-Unis, l’Espagne, le Panama et le Costa Rica.

La violence reste l’un des principaux problèmes au Nicaragua, en particulier la violence basée sur le genre (VBG), qui touche des groupes de population vulnérables tels que les enfants, les adolescents et les femmes. La culture machiste chosifie le corps des filles et des adolescentes et promeut un système de croyances qui blâme les victimes et justifie leurs agresseurs. Ce système influence également les rôles et les pratiques éducatives au sein des familles. L’exploitation sexuelle commerciale des enfants, en tant que phénomène social au Nicaragua, existe depuis des années et fait face à l’indifférence, au déni et au manque de reconnaissance de la majorité de la population. L’Association “Mary Barreda” est une organisation engagée dans le changement social, qui promeut avec qualité et chaleur humaine de nouveaux modèles de pensée, de sentiment et d’action pour la dénaturalisation de la violence dans toutes ses expressions, en mettant la personne au centre.

Projet

L’idée de ce projet est de systématiser les actions menées et de valoriser les processus qui ont eu lieu dès les débuts de l’association jusqu’à aujourd’hui.

Mary Barreda identifie un manque d’espace et de ressources pour mener cette analyse, c’est pourquoi elle fait appel à l’aide d’une volontaire d’Eirene Suisse. Il s’agit de mener une réflexion nécessaire sur ses méthodes et principes dans le domaine du travail social afin de valoriser la qualité de son intervention en faveur de ses groupes cibles.

Parallèlement à ce processus, une partie du travail de la volontaire consistera à adapter ou rafraîchir les outils de gestion de projet pour faciliter les processus, ainsi qu’à former l’équipe technique à l’utilisation d’outils numériques et/ou participatifs. L’une des valeurs opérationnelles de l’organisation est l’innovation. Afin de diversifier ses méthodes de travail avec les groupes cibles, Mary Barreda souhaite appliquer des techniques qui utilisent l’art comme processus, notamment au travers de la réalisation de fresque murales collectives. Avec ses actions, l’organisation veut ouvrir de nouveaux espaces d’expression pour les bénéficiaires. Ainsi, la volontaire intègrera l’équipe de travail et coordonnera au moins cinq actions artistiques avec l’équipe et les bénéficiaires. En fonction des résultats de ces processus, il sera possible de développer d’autres outils comme le théâtre ou de constituer un groupe de jeunes qui pourra mener des processus artistiques pour la prévention de la violence.

Photos

Eirene Suisse reçoit une contribution de cofinancement de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) au travers d’Unité pour son programme quadriennal 2021-2024. Voir les détails