Améliorer la situation des femmes à travers la valorisation de leurs prises de paroles et l'affirmation de leur leadership

Améliorer la situation des femmes à travers la valorisation de leurs prises de paroles et l’affirmation de leur leadership

Grands Lacs — Lutte contre les violences basées sur le genre Ouganda
du February 1, 2022 au January 31, 2024

Objectif global du projet:

L’objectif principal du projet est soutenir les droits des femmes en améliorant la représentation, les compétences en leadership et la participation effective des femmes en politique et dans les prises de décisions au niveau de la région, du district et des communautés ougandaises. Ce projet prévoit d’améliorer la communication interne, entre la direction et les collaborateurs·trices, et externe, sur le plan local et international, afin de consolider institutionnellement l’organisation.

Contexte 

La violence basée sur le genre (VBG) est une préoccupation majeure du gouvernement ougandais et des pays de la région des Grands Lacs. Les différentes guerres civiles et autres conflits armés qui ont sévi dans ces pays et entre eux ont généré de nombreuses violations des droits humains, dont les femmes et les enfants ont été les principales victimes. Partant de ce constat, ces pays ont ratifié en 2008 la Déclaration de Goma pour l’éradication des violences sexuelles et la fin de l’impunité dans la région des Grands Lacs.

Selon le rapport de la CEDAW du 11 février 2022, le Gouvernement ougandais a formulé des lois et politiques pour promouvoir la participation et la représentation des femmes dans les processus décisionnels et électoraux. La Constitution prévoit une action positive en faveur des femmes afin de remédier aux déséquilibres dus à l’histoire, à la tradition et aux coutumes.

Malgré une forte volonté politique des autorités pour diminuer ces inégalités basées sur le genre, des réticences subsistent au sein de la population, notamment dans les zones rurales. Les politiques et les lois n’ont donc pas l’impact effectif escompté. Persistent dans ce pays certaines lois discriminatoires et il est à cet égard essentiel d’accélérer la promulgation de nouvelles législations sur le mariage, l’héritage ou encore l’emploi. Ces dernières années, la violence a pris une nouvelle proportion au sein des familles, au point d’en devenir un problème de santé publique. Les violences conjugales ou communautaires témoignent des séquelles psychiques laissées par la guerre et des conflits intérieurs présents chez de nombreux individus. En parallèle, les problèmes structurels persistent, conditionnant la place des femmes à une place de subordination et d’acceptation des pratiques de VBG. Tous ces facteurs demeurent ainsi des obstacles à la bonne application de la politique nationale contre les VBG.

L’ONG locale

GWED-G est une ONG active depuis 2004 et basée à Gulu, 2ème plus grande ville du pays. Il s’agit d’une organisation spécialisée dans la défense des droits humains, avec un accent particulier sur la lutte contre les violences faites aux femmes, la santé reproductive, le renforcement des droits des femmes et de leur participation à la vie en société. Pionnière dans ce champ d’activités, son expérience lui donne une réelle légitimité et son travail est reconnu tant par ses bénéficiaires que par ses partenaires (www.gwed-g.org/success-stories/). Après 16 ans de bons résultats, GWED-G doit maintenant améliorer sa communication interne et externe auprès de la population, des autorités et des autres acteurs du domaine pour asseoir sa notoriété. C’est pour répondre à cet objectif que l’organisation a fait appel à Eirene Suisse afin de trouver une personne spécialisée dans ce domaine.

Projet

Le projet vise à augmenter le nombre des femmes aux postes à responsabilités, d’augmenter la participation active des femmes aux conseils, de visibiliser les questions de genre durant les conseils, d’augmenter le nombre des femmes formées dans les caucus et dans les mentorats. Le projet a également comme objectif de renforcer l’ONG ougandaise GWED-G dans sa capacité de communication interne, entre la direction et les collaborateurs·trices, et externe, sur le plan local et international, afin de consolider institutionnellement l’organisation. L’organisation partenaire prévoit de développer des stratégies de communication et de sensibilisation au sujet de la condition des femmes et des inégalités de genre.

Le but est de sensibiliser les autorités et la population local au discours du partenaire et des ses programmes pour la lutte contre les inégalités de genre.

L’impact visé

  • Renforcer la gestion du cycle de projet et la coordination au sein du département Genre (GEWEP)
  • Améliorer les outils de S&E (principalement dans les projets Genre et Santé & Nutrition) pour permettre l’adaptation des projets en fonction des résultats obtenus.
  • Améliorer la visibilité des projets GWED-G auprès de ses donateurs, des bénéficiaires et de la population ougandaise.
  • Développer une stratégie efficace de collecte de fonds pour assurer le financement et la durabilité des projets GWED-G et des coûts de fonctionnement.

  • Vous pouvez soutenir notre projet en faisant un don via le QRcode Twint ci-dessous :
  • Vous pouvez soutenir notre projet en faisant un don via le QRcode bancaire ci-dessous (veuillez scanner ce code avec votre application bancaire. Ne fonctionne pas avec Twint)  :
Please follow and like us:

Soutiens

Photos

Eirene Suisse reçoit une contribution de cofinancement de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) au travers d’Unité pour son programme quadriennal 2021-2024. Voir les détails

Twitter
Instagram
Facebook
LinkedIn
WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner